Conférence internationale “Transformation digitale et sécurité humaine”

FRIday - 05/05/2023 06:30
Conférence internationale “Transformation digitale et sécurité humaine”

L’Institut Francophone International (IFI) - Université nationale du Vietnam à Hanoï (UNVH) en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) , l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Institut international pour la Francophonie (2IF) de l’ Université Jean Moulin Lyon 3 organise la conférence internationale intitulée "Transformation digitale et sécurité humaine" au 18 octobre 2023.

 

DAAS 2023 ANCN (3)

 

PRÉSENTATION

Les mutations de la sécurité internationale avec notamment la mise en avant du concept de sécurité humaine informent sur une multiplicité des territoires de la sécurité et une exigence d’analyses plus finement structurées qui rendent compte non seulement de cette élasticité du concept, mais aussi du rapport qu’il peut avoir à d’autres mutations profondes du monde contemporain. Au rang de ces autres mutations profondes, se classe en bonne place la question du numérique dont l’une des principales conséquences est la transformation digitale. La question de savoir comment croiser et comprendre deux ordres de mutations contemporaines à savoir la sécurité humaine et la transformation digitale révèle un intérêt particulier. Tout d’abord, si leur mise en dialogue ne semble pas évidente, l’entrée par les conséquences permet de saisir la sécurité humaine comme une valeur essentielle que les dérives de la transformation digitale peuvent altérer. Si on prend en compte le rapport aux opportunités, la transformation digitale peut être en retour une opportunité de diffusion mais aussi de développement de la sécurité humaine.

Selon la définition classique d’Arnold Wolfers, « la sécurité, dans un sens objectif, mesure l’absence de menaces sur les valeurs centrales ou, dans un sens subjectif, l’absence de peur que ces valeurs centrales ne fassent l’objet d’une attaque »[1]. Pendant longtemps, c’est l’État qui a été considéré comme l’unité de référence dont les valeurs centrales devaient être protégées. Cependant, dès la fin de guerre froide, des auteurs ont remis en cause, la vision de la sécurité centrée sur l’État, la défense de la souveraineté et les enjeux militaires. Dans un article publié en 1991, Ken Booth affirmait que la plupart des êtres humaines sont « davantage menacés par les politiques et insuffisances de leurs propres gouvernements que par les ambitions napoléoniennes de leurs voisins »[2]. Dans un contexte international marqué par l’augmentation des guerres civiles plutôt qu’interétatiques, l’ONU a également mené une réflexion sur la mise en place de mécanismes visant à protéger les individus. En 1994, un rapport du Programme des Nations unies pour le développement humain (PNUD) observait dans ce sens : « Le concept de sécurité fait depuis trop longtemps l’objet d’une interprétation restrictive, le cantonnant à la sécurité du territoire face aux agressions extérieures, à la protection d’intérêts nationaux face à l’étranger, ou à la sécurité de la planète face à la menace d’un holocauste nucléaire. Il s’applique davantage aux États-nations qu’aux personne »[3]. L’invention du concept de sécurité humaine par le PNUD a permis de porter une double rupture par rapport aux visions classiques de la sécurité. Premièrement, la sécurité humaine vise à replacer les individus comme sujets principaux de la sécurité plutôt que les États. Deuxièmement, elle rompt avec une vision de la sécurité centrée exclusivement sur les enjeux militaires. En effet, pour le PNUD, la sécurité humaine relève de sept composantes : la sécurité économique, la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire, la sécurité environnementale, la sécurité personnelle, la sécurité communautaire et enfin la sécurité politique. Cette vision élargie de la sécurité a fait l’objet d’une appropriation par certaines organisations internationales, ONG et des diplomaties étatiques.

On peut donc comprendre que la sécurité humaine représente une préoccupation essentielle et prioritaire pour les États, y compris le Vietnam. Considérer l’homme et sa sécurité comme priorité permet d’envisager la sécurité humaine sous le prisme des différentes menaces qui peuvent compromettre son existence. Le lien fait avec le numérique plus haut s’en trouve donc justifié. Souvent vanté pour sa contribution au développement, le numérique de par ses avantages occulte souvent les conséquences négatives qu’il peut engendrer dans la société. Ce rapport complexe du numérique à la société permet de voir que si la sécurité humaine constitue non seulement une valeur centrale mais surtout une condition vitale pour la stabilité, la prospérité et le développement des nations et des peuples. Son inscription dans la mondialisation et les transformations qui en résultent, notamment la transformation digitale, méritent d’être analysé.

La conférence sur « transformation digitale et sécurité humaine » permettra tout d’abord de croiser les regards sur ce lien complexe entre digital et sécurité humaine. Elle permettra ensuite d'échanger des pratiques et de partager les expériences. Des scientifiques, des experts, des rechercheurs, praticiens de domaines divers (relations internationales, sécurité, management, informatique etc.) sont invités à envoyer leur contribution pour cette conférence.

La conférence internationale intitulée “Transformation digitale et sécurité humaine” fait partie de la série d'événements du Forum international Franconomics-2023 dans le but de :

  • Clarifier la sécurité humaine;
  • Identifier les facteurs pour garantir la sécurité humaine;
  • Partager des expériences internationales et vietnamiennes sur la sécurité humaine;
  • Proposer des recommandations afin d’atteindre les objectifs fondamentaux de sécurité humaine proposés par les Nations Unies.

APPEL À CONTRIBUTION

Des scientifiques, des experts, des rechercheurs, des professeurs, des manageurs sont invités à envoyer leur contribution pour cette conférence. 
 
Les thèmes incluent de manière non limitative :
  • (Re)penser la sécurité humaine à l’ère du digital
  • Les formes de menaces à la sécurité humaine
  • Distinction entre sécurité humaine et sécurité nationale et autres catégories ;
  • Géopolitique des rapports Nord-Sud dans l’explication du rapport entre transformation digitale et la sécurité humaine 
  • Différences contextuelles et aspects culturels du rapport entre transformation digitale et sécurité humaine
  • Retours d’expériences sur la sécurité humaine
  • Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), transformations digitale et sécurité humaine
  • Les instruments internationaux de garantie de la sécurité humaine
  • Coopération internationale pour assurer la sécurité humaine à l'échelle mondiale

Calendrier prévisionnel :

  • Date butoir d’envoi de la proposition de communication : 25 septembre 2023

Les propositions devront contenir un titre, un résumé de 500 mots maximum avec 5 mots-clés, une bibliographie indicative ainsi qu’une courte biographie (5 lignes).

Contact : anhthu.dao@vnu.edu.vn; cc brain.ifi@vnu.edu.vn

  • Date butoir de réponse pour les propositions retenues : 30 septembre 2023
  • Date butoir d’envoi de la communication complète : le 15 octobre 2023 
  • Les contributions (500 mots maximum avec 5 mots clés) seront sélectionnées en vue de leur parution dans l’Acte de DAAS-2023 (avec ISBN et ISSN 2734-9969) et la revue La Francophonie en Asie-Pacifique - FAP (ISBN international et ISSN 2525-2488).

Comité scientifique :

  • Danh Thang PHUNG, Docteur en Information-Communication, Directeur de l'Institut Francophone International (IFI), Université Nationale du Vietnam à Hanoi
  • Tuong Vinh HO, Docteur en Computer Science, Vice-Président du Conseil Scientifique et Académique, Institut Francophone International (IFI), Université Nationale du Vietnam à Hanoi
  • Tu Lap NGO, Docteur en Science sociale et humaine, Ancien Directeur, Président du Conseil Scientifique et Académique,Institut Francophone International (IFI), Université Nationale du Vietnam à Hanoi
  • Tung DAO, Docteur en Administration des affaires et Marketing international, Directeur du Département de Formation, Institut Francophone International (IFI), Université Nationale du Vietnam à Hanoi
  • Trang PHAN-LABAYS, Maître de conférences, Directrice adjointe chargée des formations, Institut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3, France
  • Hong Khanh DANG, Docteur en Science politique, Directrice adjointe chargée de la recherche, Institut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3, France
  • Christel Dior TAMEGUI, Docteur en Science politique, Attaché temporaire d'enseignement et de rechercheInstitut international pour la Francophonie (2IF), Université Jean Moulin Lyon 3
  • Aymeric DUREZ, Docteur en Science politique de l’Université Jean Moulin Lyon 3, Professeur en Science politique à Pontificia Universidad Javeriana de Bogota, Colombie
  • Ousmanou NWATCHOCK A BIREMA, Docteur en sciences politiques, ancien Attaché temporaire d'enseignement et de recherche de l’Institut international pour la Francophonie (2IF), enseignant à l'Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC)
  • Philippe AWONO, Docteur en sciences politiques, ancien Attaché temporaire d'enseignement et de recherche de l’Institut international pour la Francophonie (2IF), enseignant à l’Université Yaoundé II, Cameroun

[1] Arnold Wolfers, « National Security as an Ambiguous Symbol », dans Arnold Wolfers, Discord and Collaboration, Baltimore (Md.), The Johns Hopkins University Press, 1962, p. 147-165

[2] Ken Booth, « Security and Emancipation », Review of International Studies, 17 (4), octobre 1991, p. 313-326

[3] PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1994, Paris, Economica, 1994, disponible sur : https://hdr.undp.org/system/files/documents//hdr1994frcompletnostatspdf.pdf 


 
Total notes of this article: 0 in 0 rating
Click on stars to rate this article

  Reader Comments

  Hide/Show the comments

Anti-spam code   

Newer articles

 

Older articles